Alice Cooper

Ol’ Black Eyes World Tour

Report par DarkAM et Béa

En attendant la foule… Merci à miss Taguada pour cette photo.

C’est en 2010 que le Maître du shock rock s’est produit à Marseille pour la dernière fois. Entre temps, deux albums studio et 9 années se sont écoulées… Pour fêter ses 50 ans de carrière le voilà au Dôme devant plus de 4000 personnes !

Comme à son habitude, Alice Cooper s’est entouré de musiciens hors pair à l’instar les guitaristes Tommy Henriksen (son acolyte dans Hollywood Vampires), Ryan Roxie et Nita Strauss, au sujet de laquelle nous avons remarqué un engouement particulier de la part du public, et qui, disons-le, a su faire le show tout au long de ce live ! Sans oublier le bassiste Chuck Garric et le batteur Glen Sobel.

Le dôme était full ! Merci à Yannick Tammaro Saatdjian pour cette photo.

Alice Cooper arrive sur scène sur «Feed My Frankenstein», le bal maléfique du maître de cérémonie est ouvert ! Il enchaîne avec «No More Mr. Nice Guy».

Le ton est donné, ce soir nous aurons droit à toutes les époques de la carrière du grand Alice Cooper !

Les morceaux incontournables se succèdent comme «Billion Dollar Baby», «I Love The Dead», «Poison», ou encore «Roses On White Lace». Titre sur lequel Sheryl Cooper, danseuse, chorégraphe et épouse du maléfique Alice, accompagne le show en mariée gothique dans sa robe blanche maculée de sang.

Nous la retrouvons sur «I Love The Dead» cette fois en infirmière psychiatrique qui participera à la décapitation de son époux.

Quel live !

Les décors sont grandioses et le chanteur sera affublé de différents costumes selon les scènes musicales de ce live. La présence d’un bébé géant sortant d’une tour pour déambuler sur scène en exposant la tête décapitée d’Alice ou encore le personnage de Frankenstein sur «Teenage Frankenstein» font sensation. La mise en scène est un régal comme d’habitude !

Vincent Furnier alias Alice Cooper ne montrera – du haut de ses 71 ans – aucun signe de fatigue lors de ce show. Nous regretterons cependant quelques soucis de micros au début du set et pas mal de personnes se plaindrons de la qualité sonore… un leitmotiv au Dôme pour ce style de musique malheureusement. 

Merci à Him Media pour nous avoir donné la possibilité de partager cette soirée inoubliable.

Sans oublier une belle séance de dédicaces ! Merci à Chris Imperato pour cette photo.

A propos Mlle S

Créatrice de Roar, Photos, Live-report, Interviews, Chroniques.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés