Filago : Entretien avec Jim

FILAGO: Dance Ordinaire

 C’est au travers d’influences comme Talk Talk, Nick CaveConnan Mockasin ou encore Satie que Filago signe son nouveau long format.

Avec « Dance Ordinaire », le trio Parisien explore des sonorités sinueuses où le maniement du détail est omniprésent.

Contée par la voix d’un personnage interlope, on y entend les chroniques d’une marginalité enchanteresse.

Filago orchestre et confronte la matière et le mouvement… ce qui disparait avec ou dans la danse.

« La danse est ailes, il s’agit d’oiseaux et des départs en l’à-jamais, des retours vibrants comme flèche » (S. Mallarmé).

Facebook : https://www.facebook.com/filagotheband/

TRACKLISTING

  1.  ARCHIPELAG
  2.  RABBIT HUTCH
  3.  COCO
  4. WARM WINDS
  5.  YPERITE
  6.  RADIO
  7. HOLY HANDS
  8.  EVERYTHING AND NEVER
  9. FIERCE FAT SUN
  10. ENGINE

LINE-UP
Jim : chant et guitare
Marc-Antoine : guitare
Nico : batterie

Avant toute chose, comment s’est passée votre release party ?

C’était très cool, super ambiance. En plus c’était le brillant Soleil Jaguar qui a ouvert. Très bonne soirée.

Qu’est-ce qui vous a fait opté pour un trio ?

A vrai dire on est un faux trio. On travaille à 3 en studio, tout le processus créatif se fait à 3 (c’est une bonne formule) mais en live nous sommes 4.

Le visuel de Dance Ordinaire est bien barré, dans un autre style ça me rappelle Carnival In Coil, qu’est qui vous a inspiré ? Qu’est ce qui nourrit cette singularité ?

Merci. Oui le visuel a été mûrement réfléchi. On voulait une identité forte, qui interpelle. On voulait aussi personnifier le disque en faisant apparaître quelqu’un sur la pochette. On a pour cela fait appel à Tiphaine Menon, une styliste de talent et Simon Cecere, un super photographe. Ils nous ont habillés, dirigés… On est très content du résultat !

Où avez-vous trouvez le tapis ?

Haha, il sort tout droit de la hotte de Tiphaine.

De plus, quand on lit votre présentation sur facebook, on ne peut s’empêcher de penser à un groupe conceptuel. Quelle part, quelle influence, les autres arts ont-ils au sein de votre musique ?

Oui c’est vrai. On n’est pas loin de ça. On voulait casser un peu les codes de la pop dite classique. 

La littérature et la poésie ont une importance majeure dans Filago, par le biais notamment du personnage qui incarne chaque chanson. Les 10 titres de l’album sont conçus comme 10 chapitres et dépeignent les déambulations de ce personnage à la fois marginal et attachant.

L’idée était de pénétrer dans sa tête, de suivre ses divagations et d’y découvrir ses états d’âmes. Le disque possède une portée narrative très situationnelle, très contextuelle : une sorte de tableau découpé en 10 paysages aux climats bien distincts.

En ça, le cinéma et la peinture ont également une réelle résonance avec ce que nous proposons.

Votre album est sorti le 30 mars. A ce jour quel est l’accueil du public ?

Pour l’instant je pense que c’est assez difficile de se rendre compte, il est encore trop tôt pour faire un bilan et puis c’est le genre d’album qui met du temps à se propager et à accrocher les oreilles. C’est pas un album à l’impact immédiat. De plus on est un groupe sensiblement nouveau, ce qui implique que la promotion et la diffusion prennent du temps.

En revanche, en live les réactions sont très vives et beaucoup plus immédiates. En live l’album prend une tournure beaucoup plus théâtrale et interactive ce qui est très bien reçu par le public.

Ici vous avez choisi le rose comme couleur de fond. Pour votre EP The Blue Part In The Flame, c’était le bleu. Peux-tu nous en dire plus ?

Haha, j’avais même pas fait attention. C’est totalement inconscient. Le prochain sera sans doute vert du coup… dans la même veine que les albums monochromes des Beatles ou Weezer.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ? 

Énormément d’argent et plein de groupies !!!! Je rigole bien sûr. Tout ce que je souhaite c’est qu’on continue à explorer de nouvelles pistes de création et qu’on prenne toujours autant de plaisir à travailler et jouer ensemble.

A propos Mlle S

Créatrice de Roar, Photos, Live-report, Interviews, Chroniques.
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *