Devil Driver – “Trust No One” (2016)

Il y a des albums comme ça qu’on oublie de chroniquer pour diverses raisons. Et à l’occasion de leur passage au Download Festival cette semaine, il est temps de nous rattraper et de vous parler de ce septième album de Devildriver intitulé “Trust No One”,  le second publié chez le label autrichien Napalm Records.

Dez Fafara revient, après une pause de trois ans destinée à relancer la machine Coal Chamber sur scène. Fruit d’une équipe à demi remaniée – Neal Tiemann remplace Jeff Kendrick à la guitare et Austin D’Amond prend la place de John Boecklin derrière les fûts -, ce disque ne dépareillera pas dans la discographie du groupe. On y retrouve toujours ces riffs musclés, ces rythmiques implacables et ce groove inimitable. J’oserais même dire que cet album est interchangeable avec n’importe lequel de leur discographie. Comprenez par là qu’il n’y a aucune évolution ici, encore moins d’originalité. Devildriver est une machine à produire des albums efficaces et catchy afin d’être le plus explosif et dément sur scène  (on ira d’ailleurs bientôt juger sur pièces).

[su_youtube_advanced url= »https://youtu.be/h7ZmuSzCKz0″ width= »500″ height= »300″ rel= »no » https= »yes »]

Alors oui, la formation américaine ressort tous les codes du groove metal à la lettre mais elle a aussi l’art et la manière de glisser des mélodies de guitare ici ou là. Le premier morceau “Testimony Of Truth” ou encore “Trust No One”  en sont de parfaits exemples. C’est clairement du beau boulot et ça permet au disque de ne pas être complètement mauvais.

[su_youtube_advanced url= »https://youtu.be/XuVibnWHoLA » width= »500″ height= »300″ rel= »no » https= »yes »]

En résumé, cette galette ne brille pas par son originalité et le chant du leader charismatique Dez Fafara moins incisif que d’habitude, en mode pilotage automatique n’arrange pas les choses. Mais on va mettre ça sur le fait que la moitié du line-up a été changé (même la place de bassiste n’était pas vraiment attribuée au moment de la réalisation de ce disque) et que la mayonnaise n’a de ce fait pas eu le temps de prendre.

Ce “Trust No One” n’est pas mauvais en soi (il y a des titres qui ont un goût de reviens-y) mais il n’est pas à la hauteur de ce qu’on peut attendre d’un groupe de la notoriété de Devildriver.

A propos Mlle S

Créatrice de Roar, Photos, Live-report, Interviews, Chroniques.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés