Eloy : la légende du prog

The Vision, The Sword And The Pyre : l’opéra-rock qui déploie l’histoire fascinante de Jeanne d’Arc.

Le 25 Août dernier a vu  la sortie mondiale de la première partie d’un spectaculaire projet musical sur la vie de Jeanne d’Arc. L’œuvre de Frank Bornemann est interprétée par Eloy, son fameux groupe qui, depuis l’Allemagne, s’est taillé une réputation internationale dans le rock épique.


La 2éme partie, encore en production, sortira en décalé l’année prochaine. Pour la première fois depuis longtemps, un groupe s’est penché sur un projet de cette ampleur, abordant un terrain que seuls occupaient les géants de l’histoire du rock,  qu’il s’agisse par exemple de Pink Floyd (The Wall) ou de The Who (Tommy and Quadrophenia).

[su_youtube url= »https://youtu.be/2vVWY1EadsI » class= »https://youtu.be/mfo3qyUlYQA »]

Sortant des sentiers battus de l’actuel monde musical, cette œuvre consacrée à Jeanne d’Arc, l’héroïne française de la fin du Moyen Âge qui fut canonisée en 1920, aborde sa vie et son influence au travers d’une complexité musicale sans pareil et d’une précision historique débarrassée de tout enjolivement. Elle a été composée, mise en scène et produite par Frank Bornemann, le cerveau d’Eloy, la légende du rock allemand.

L’auteur, qui se penche depuis plus de 30 ans  sur ce sujet et fait partie de l’Association des amis du Centre Jeanne d’Arc, entretient de fructueux contacts avec des historiens principalement français et considère cette œuvre comme son sacerdoce et l’apogée de sa création jusqu’ici.

[su_youtube url= »https://youtu.be/08a-dKo87lM » class= »https://youtu.be/mfo3qyUlYQA »]

Selon l’auteur, à la différence des comédies musicales habituelles et des projets d’opéra-rock, cette œuvre ne comporte aucun dialogue chanté afin de favoriser des options plus fortes et plus expressives au profit de l’écriture de la musique et des paroles.

Au lieu de cela, les pensées qui agitent les personnages de l’histoire sont traduites grâce au chant, revêtues de poésie et de textes raffinés. Quant aux passages parlés, ils correspondent à l’atmosphère de la narration et sont rehaussés par la musique.

Comme on l’attend toutefois d’un projet de ce genre, tous les titres comportent bien entendu des parties vocales  allant de chœurs puissants dans la lignée de Carl Orff à de tendres voix d’enfants. Néanmoins, la véritable raison et la motivation à l’origine de ce projet  est l’objectif avoué de l’auteur de produire cette œuvre pour la scène comme spectacle musical en français, avec des interprètes français. Au-delà de la version du groupe, des contributions musicales supplémentaires sont encore prévues, ainsi que la rédaction de divers dialogues qui sont en train de voir le jour en collaboration avec des co-auteurs français.

Indépendamment du projet scénique qu’elle précède, la version du groupe produite avec panache n’aura certainement aucun mal, par sa qualité, à enthousiasmer également en France les fans de musique rock épique.

 

A propos Mlle S

Créatrice de Roar, Photos, Live-report, Interviews, Chroniques.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés