Martyria : Martyria

Label : Hammerheart Records / Malignant Records

Date de sortie : 20/04/2018

Chro by Slaytanic – Note : je ne sais toujours pas /20

Membres :

  • Elena Merkouri
  • George Zafiriadis

Titres :

  1. Logos
  2. Pneuma
  3. Nekros
  4. Nyx
  5. Eschaton

Premier album du duo grec de Martyria, cet album homonyme propose cinq titres pour quarante minutes d’une plongée à corps perdu dans un dark ambiant minimaliste.

Et cette plongée se fait lentement et douloureusement. Non pas physiquement mais mentalement car il est difficile de ne pas être sensible à ce que Martyria propose, que ce soit dans le bon ou dans le mauvais sens… Un néophyte ne pourra pas se frotter à un tel opus, il se sentira irrémédiablement perdu. « Logos », titre qui ouvre ce premier opus, apparait comme le titre le plus accessible, offrant un aspect occulte et rituel à un titre qui te plonge dans un état ou de transe ou de léthargie le plus total. Les yeux se ferment, le corps est lourd et l’exploration devient intérieure.

« Pneuma » est plus insidieuse, plus dérangeante avec ces longues complaintes féminines accompagnées par un complexe mélange qui semble tout droit sorti des rituels aborigènes (didgeridoo, guimbarde…) mais ce n’est rien en comparaison avec « Nekros », cauchemar sonore, atrocement long et sans relief aucun, à tel point que l’on dirait une déambulation dans une grotte d’où ressortiraient quelques sons sans identification formelle ni forme d’aucune sorte.

« Nyx » est tout aussi caverneux, ritualiste et minimaliste, une sorte d’expérimentation de sonorités et de rites occultes accompagnés par une percussion étouffée et étouffante qui ne s’atténue à aucun moment malgré ce long passage de chœurs et instruments à vents, délicats certes mais toujours aussi dérangeants jusqu’à la noyade totale qu’est « Eschaton », sorte de descente dans les abysses sans fond, sans fin, sans lumière, qui laisse une impression de vide total.

Martyria est une énigme : que ce soit le groupe comme cet album, rien ne laisse présager d’un but précis ni d’une ambition particulière. Que veut dire ce duo ? Où sa musique veut-elle et doit-elle nous emmener ? Pourquoi ? Autant de questions qui résultent de l’écoute attentive d’un premier opus, véritable OMNI (objet musical non identifié / non identifiable, c’est au choix), qui laisse perplexe autant qu’il hypnotisera le chaland curieux ou le fan de groupe comme Herbst9 et Shibalba… mais pour le néophyte susmentionné ça reste du j’ai-rien-compris-metal.

A propos Slaytanic

Photos, Live-Report, Chroniques.
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *