Hyrgal : Serpentine

Label : Les Acteurs De L’Ombre

Date de sortie : 23/03/2018

Chro by Slaytanic – Note : 18/20

Membres :

  • Clément Flandrois « C.F. » – Chants, Guitares
  • Quentin Aberne « A.Q. » – Basse
  • Emmanuel Zuccaro « Z.E. » – Batterie

Titres :

  1. L’Appel
  2. Mouroir
  3. Till
  4. Représailles
  5. Aux Diktats De L’Instinct
  6. Interlude
  7. Etrusca Disciplina

Initialement sorti en octobre dernier chez Naturmacht Productions en version CD, le premier album d’Hyrgal est disponible depuis le 23 mars dernier en vinyle chez Les Acteurs De L’Ombre. L’occasion était trop belle pour ne pas saisir la possibilité d’écouter ce « Serpentine » qui, depuis sa sortie, a eu les faveurs de bon nombre de chroniques. Toutes sont bien évidemment justifiées.

(Re)fondé autour de l’ancien Svart Crown Klem Flandrois, le trio français n’avait pas donné signe de vie depuis un moment, le groupe ayant été mis en stand-by entre 2010 et 2016. Une première démo sous la forme d’un split CD avec Kairn en 2008 et plus rien, C.F. s’est pour ce retour aux affaires entouré de l’ancien batteur de Pareo Mortuus (Z.E.) et du bassiste des doomeux de Marble Chariot (A.Q.) pour reforger une ossature qui, si les vents se montrent bénéfiques, devrait faire parler d’elle dans l’univers du black hexagonal.

Car « Serpentine » est un de ces albums qui, s’il ne se laisse pas appréhender comme ça, est de cette trempe d’offrande qui laisse une marque, une empreinte ; pas forcément au fer rouge avec la brutalité de certains, mais à la faveur d’une richesse totale que ce soit dans les ambiances, les textes et les sentiments ressentis à l’écoute (« aux écoutes » serait plus adéquat car il en faut pour réellement s’en imprégner) de ces dix titres durant lesquels Hyrgal trace une voie qu’il faut suivre aveuglément (mais les oreilles bien ouvertes).

A l’image de « Mouroir » et de son long passage ambiant avant une reprise déchirante de brutalité, ce premier album est une petite pépite de construction et de réflexions. Des textes écrits en Français avec finesse qui viennent être hurlés avec férocité (doublés parfois pour le plus bel effet comme sur « Etrusca Disciplina »), des riffs acérés qui n’oublient pas d’être mélodiques (« Mouroir », « Till », « Etrusca Disciplina ») ou magiques dans leur effet (« Aux Diktats De L’Instinct ») et une batterie implacable qui ne fait pas que massacrer les tympans, on fait face à des impressions contradictoires à tous les moments.

Les rythmes sont variés, changeants passant d’une vigueur infinie à un trip aérien sans que cela ne soit désarçonnant (« Etrusca Disciplina » et son intro qui fait voyager très loin dès lors que l’on se laisse porter par la beauté du moment) et le tout est savamment dosé, enrobé dans une production qui ne lisse absolument rien. Chaque grain, chaque aspérité de chaque partie des dix compos est à la limite du palpable, du réel, rendant le tout divin à l’écoute. Les attaques sont tantôt franches et frontales, tantôt beaucoup plus vicieuses et atmosphériques et à la fin des presque quarante minutes de déambulations musicales, il reste un manque, un sentiment de ne pas avoir pu tout saisir, tout entendre. Alors l’envie d’en reprendre une nouvelle salve prend le pas et « Serpentine » peut à nouveau refaire son ouvrage, démontrant ainsi son efficacité et son véritable intérêt.

Les Acteurs De L’Ombre ont du nez car après l’excellent Aorhlac, Hyrgal vient renforcer les rangs du black français avec un album riche émotionnellement, complet musicalement et puissant artistiquement. A ne pas louper donc.

A propos Slaytanic

Photos, Live-Report, Chroniques.
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *